Historique

Stéphane SANDON

 

Attiré très tôt par la mer j'ai découvert les fonds marins grâce au traditionnel "palme-masque-tuba". Tout de suite j'ai été émerveillé et attiré par ce qui se passait sous la surface. Dès que l'âge l'autorisa, je me suis mis à la plongée : Brevet Élémentaire puis Premier Échelon. En 1991, je découvre la photographie sous-marine grâce au Formaplex et ses flashs magnésiques. Viennent ensuite les études et une longue période d'inactivité. En 1999 je décroche à nouveau mes palmes et redécouvre le bonheur de la plongée. En 2000, je passe le niveau III et avec l'autonomie s'ouvre alors de nouvelles possibilités. Ce sont également mes premiers voyages plongées hors Méditerranée avec la découverte des mers chaudes et tropicales ! Je m'intéresse à nouveau à la photo sous-marine avec le Nikonos, mais pour un photographe terrestre l'expérience est trop frustrante. C'est pourquoi en 2003 j'investis dans un caisson pour mon reflex argentique de l'époque et un flash sous-marin.

C'est le début de l'aventure photographique...

 

Le matériel

Je me suis lancé dans l'aventure photographique avec un réflexe argentique en 2003. Depuis j'ai utilisé différents réflexes numérique. Aujourd'hui j'utilise un Nikon D300 que j'utilise en caisson Subal. Au niveau optiques j'utilise le Nikon 10.5mm ainsi que le Tokina 10-17mm pour l'ambiance et les Nikon 60mm et 105mm pour la macro.

 

L'éclairage

Dès mes débuts j'ai considéré avec importance la question de l'éclairage : c'est pour cela que j'utilise principalement des flashs Subtronic. J'utilise également un SB800 et des flashs Inon de type Z240.

 

Les stages et formations

Avant mon passage au réflexe j'avais acheté l'excellent livre "Photographier sous l'eau" réalisé par la CNAV aux éditions GAP. Ce livre représente à mon avis une bible pour le photographe terrestre qui se lance dans la photo sous-marine. A l'époque dans ma phase transitoire terrestre / sous-marine j'y ai appris énormément. C'est notamment en le consultant que j'ai découvert que la FFESSM réalisait des stages de photographie sous-marine. Il va s'en dire que je m'y suis inscrit dés que j'ai pu.  J'y ai alors rencontré de grands photographes et ces rencontres m'ont beaucoup appris et m'ont permis de progresser. Aujourd'hui après avoir acquis plus d'expérience j'enseigne la photo en tant que Moniteur Photo, mais cela ne m'empêche pas de continuer à apprendre à chaque plongée :-).

 

Les rencontres et compétitions

Je participe autant que possible à ce genre de manifestation. Cela permet de plonger régulièrement et surtout de retrouver des amis photographes. C'est également très intéressant et enrichissant de comparer les images et les sujets rencontrés lors d'une même plongée. J'ai obtenu de nombreux prix que ce soit lors de la Coupe de France Animalière ou lors du Championnat de France Mer.

Bonjour et bienvenue,

 

Passionné de plongée et de photographie, c'est tout naturellement que je me suis tourné vers la photographie sous-marine. Je vous présente sur ce site une sélection de photos réalisées au cours de mes différents voyages.

C'est un vrai plaisir de pouvoir observer et immortaliser des scènes de la vie sous-marine. La photo est un formidable outils qui  permet de partager  et revivre ces instants après son retour en surface. Néanmoins  ce n'est pas la discipline photographique la plus "évidente". Simples visiteurs du monde sous-marin nous en subissons les contraintes et nous devons nous en accommoder.

On notera les difficultés photographiques liées :

  • au manque de lumière.
  • à l'absorption des couleurs.
  • à la présence de particules.

Et les difficultés liées aux conditions de plongée :

  • le courant.
  • le froid.
  • le manque de temps...


Cette liste est bien entendu très incomplète mais on se rend vite compte que ramener de belles images relève d'une certaine difficulté.

 

Maintenant comment juger de la qualité des images ramenées ? Au-delà de l'aspect subjectif qui est propre à chacun, il existe quelques critères tangibles d'évaluations. Ceux-ci ne sont pas propres à la photographie mais sont partagés par les arts picturaux et architecturaux. Une fois ces bases assimilées, on est en mesure de réaliser des images "bonnes" techniquement et esthétiquement.

 

Mais ces deux critères ne sont pas suffisants pour transcender une image. Il manque une autre composante fondamentale beaucoup plus difficile à saisir que les autres : c'est la composante Émotionnelle.

 

Je vous avais prévenu... La photographie sous-marine c'est tout un programme !